Hacked By Grilex
Accueil du site > Le village d’Auragne > ¤ Les hameaux. > Commun à tous les hameaux. > DDE & épareuse une gestion désastreuse des fossés. ----Mise à jour le 14 (...)

DDE & épareuse une gestion désastreuse des fossés. ----Mise à jour le 14 février 2010----

samedi 9 juin 2007, par sudtek

Chaque année au printemps la DDE passe l’épareuse pour broyer l’herbe du domaine public. Tout le monde sait pertinemment que c’est une hérésie car elle obstrue les fossés et les buses, on ne doit pas la broyer ou la faucher sans la ramasser. Résultat la DDE repasse en hiver pour curer les fossés qui provoquent des stagnations d’eau et débordent avec des coulées de boue sur les routes au prochain printemps, cela n’est pas très rentable et mérite d’être revu ce qui éviterait de gaspiller l’argent du contribuable.
Nous savons tous que ce n’est pas la bonne solution car le fond des fossés est plus bas que le niveau des buses d’évacuation, même si faire et défaire c’est toujours travailler, il n’est pas nécessaire d’être ingénieur aux ponts et chaussées pour bien comprendre que ces travaux sont inutiles car effectués en dépit du bon sens, il est regrettable que les intéressés ne soient pas consultés. Il suffit de faire un simple tour de la commune pour constater que les bas-côtés, talus et fossés sont ruinés par le curage abusif et la gestion désastreuse de la DDE (voir les nombres de glissement).

Couper l’herbe est nécessaires pour la sécurité routière, pour régler le problème d’obstruction il suffirait de placer une centrale d’aspiration sur le broyeur pour évacuer l’herbe au fur et à mesure et ne plus boucher les buses. Cela n’a rien d’insurmontable techniquement !

Cette herbe est un engrais naturel qu’il suffit d’épendre dans un champs en jachère.

A suivre…


Mise à jour le 14 février 2010 ----

J’en profite pour poster un article extrait du trait d’union numéro 5 de janvier 2010 édité par la communauté des communes qui est édifiant et confirme mes dires sur les pratiques de la DDE :

"Dans le cadre de sa démarche de développement durable, la Communauté de Communes du District de la Vallée de l’Ariège expérimente depuis plus d’un an une gestion alternative de ses espaces verts. Comme d’autres collectivités (mairie de Toulouse. mairie de Pamiers. Sicoval... ), nous menons en place une gestion dite différenciée sur les diverses zones industrielles et artisanales intercommunales. Les objectifs de, cette gestion sont multiples mais visent surtout à favoriser un maximum de biodiversité tout en réduisant les coûts d’entretiens. La mise en place de ce type de gestion passe par l’étude d’un entretien adapté à la vocation des différents milieux.

Par exemple les bas-côtés de route systématiquement broyés alors que les fossés, les talus et b grandes prairies seront fauchés au cas par cas tardivement (fin juillet), Ces méthodes permettrons de redécouvrir la beauté de prairies naturelles fleuries, et favoriseront la reproduction et la circulation de la faune.

Durant le printemps 2010, dans un souci de sensibilisation, nous mettrons en place sur les différents prairies des panneaux d’information sur l’utilité des prairies sauvages. Nous étudions, en outre, la possibilité de créer un potager social intégré aux zones naturelles communautaires.

La commune d’Auragne, une pratique déjà en place (Un exemple à suivre).

Aujourd’hui , la commune d ’Auragne pratique une gestion différenciée des bords des routecs communales. En effet, Monsieur le Maire, René Pacher, autorise le passage de l’épareuse uniquement sur les bas-côté :, de la voirie alors que les fossés et les talus sont laissés en végétation spontanée.

Les intérêts de cette pratique sont multiples :
- Une végétation spontanée évoluant vers la haie sauvage recolonise les talus des routes communales
- La pousse de l’herbe au fond des rossés ralentit les écoulements et favorise l’infiltration de l’eau dans le sol.
- L’effondrement des talus sont stoppé par l’enracinement de la végatation. végérarion ;
- Le gain de biodiversité est réel car ces dépendances routières sont de véritables corridors écologiques reliant entre eux différents milieux (mares, bosquets, prairies .. ,) et permettent ainsi la circulation et la propagation de la flore et de la faune sauvage. Certaines espèces, comme les grives, crapauds, orchidées … ont besoin de corridors continus. La gestion différenciée, une action écologique, économique qui pourrait être étendue sur le territoire. "

Portfolio

Fond du fossé. Fossé Obstrué. Vue en coupe travers d'une voie communale.

2 Messages de forum

  • C’est beau de vivre au pays des bisounours !!!!!!!!!!! un peu simpliste votre raisonnement sur le fauchage des accotements et des fossés.Les photos en attestent ! je pense que vous devait avoir un très gros problème avec l’administration et que vous avez des comptes à régler, dommage que cela se fasse de cette façon. Je fais ce métier depuis des années et vous êtes les premières personnes à porter des jugements de cette façon. Effectivement si vous feriez une école d’ingénieur vous comprendriez plus de chose. Je pense que vous avez un gros manque de culture technique routière et vous êtes très mal qualifié ou très peu au courant des pratiques. Quand j’ai un problème avec une entreprise je n’accable pas toute le corporation au contraire je me tourne vers des gens compétents. Je ne vais pas vous faire un cours car cela serait très long mais je terminerais en vous disant qu’il est facile de voire la paille dans l’œil du voisin que le tronc qui est dans le sien.

    Répondre à ce message

    • « Effectivement si vous feriez une école d’ingénieur vous comprendriez plus de chose ». Nous vous remercions pour cette intervention tous le monde appréciera celle-ci à sa juste valeur …

      Bref sachez entre autres que ces coupes et textes proviennent d’une publication faite par le CGH en personne sur ses livrets qu’il distribue dans les mairies le tout agrémenté de son petit logo …

      « Je pense que vous avez un gros manque de culture technique routière et vous êtes très mal qualifié ou très peu au courant des pratiques. »

      Certes je ne suis pas ingénieur des ponts & C. mais malgré tout en tant que tek je sais reconnaitre du sale boulot comme sur ces photos et je suis pas le seul dans ce cas il y a entre autres des spécialistes (des grosses sociétés) du terrassement qui concèdent à demie mots que dans ce cas c’est globalement du taf ni fait ni à faire en outre à la campagne nous sommes nombreux à posséder du matos agricole dont des pelleteuses donc on sait ce qui peut ou doit être fait juste avec du bon sens paysans et un peu d’habitude ...

      Je n’accable pas toute la corporation il y a des ouvrages remarquables réalisés avec l’aide d’outils tels des gros soft de DMU comme catia (entre autres), des machines modernes et de l’expérience humaine par contre le travail fait par la DDE dans le cadre de l’entretien des talus communaux (entre autres) lui ne leur fait pas franchement de la pub … car comme le dit l’expression c’est au pied du mur que l’on voit le maçon ! Du coup je ne pense pas que l’on puisse comparer / assimiler (choisissez le terme qui vous plaira) la voirie DDE et une entreprise spécialisé et responsable de son travail et de ses ouvrages ! En effet cette dernière ne manquerait pas de voir sa responsabilité engagée à la moindre connerie alors que la DDE elle est du style à responsabilité diluée pour ne pas dire intouchable et je sais de quoi je parle ! Rien que pour Auragne je pourrai faire un listing de pas mal de conneries … la dernière en date les vieux lavoirs en foraines du 13 siècle qui commencent à s’ouvrir en 2 car la DDE à ouvert un fossé qui n’existait pas et quelle n’a pas dénié buser 6m pour éviter qu’ils se détériorent … tous les anciens peuvent le confirmer.

      PS : a l’occasion s’il m’autorise je posterai des photos d’une clôture d’un voisin qui penche plus que la tour de Pise vers le fossé … surement à cause du bon entretien !

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0